lunes, 5 de enero de 2015

Procopio


"Procope lui-même n'arrête pas de répéter que ce qu'il raconte est trop beau, trop fou pour être pris au sérieux, et que personne ne le croira" (del prefacio de  Philippe Muray).

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada